Connais-tu la maladie du Soda ?

La maladie du soda par le blog « Perte de poids rapide »

Lorsque j’ai entendu parler de cette maladie, j’ai d’abord cru à une farce.

Coca, Pepsi, Orangina, Fanta, etc… sont de véritables bombes caloriques favorisant obésité, diabète et maladie du foie appelée « maladie du soda ». 

Il s’agit d’une pathologie chronique du foie aussi appelée « maladie du soda » ou « du foie gras ».
Liée à une alimentation trop sucrée et trop grasse, elle peut évoluer en cirrhose, voire en cancer.
Cirrhose, NASH, cancer, hépatite… Les maladies du foie dites « hépatiques » sont en forte augmentation.
On appelle maladie du foie ce dysfonctionnement touche tout ou une partie du foie, cet organe localisé dans le ventre et a de nombreuses fonctions notamment métaboliser et stocker les nutriments, épurer le sang et fabriquer des protéines, rien que ça. 
Le foie est l’organe interne le plus volumineux du corps humaim. Son dysfonctionnement peut donc facilement conduire au décès du patient.

Pour avoir du soutien gratuitement : Je commence à perdre du poids

Maladies du foie : liste, symptômes, traitements

Cirrhose, NASH, cancer, hépatite… Les maladies du foie dites « hépatiques » sont en forte augmentation.
Quels sont les premiers signes caractéristiques ? Quand consulter ? Quelles sont les analyses de sang pertinentes ?

On appelle maladie du foie un dysfonctionnement touchant tout ou partie du foie, un organe localisé dans le ventre et ayant de nombreuses fonctions notamment métaboliser et stocker les nutriments, épurer le sang et fabriquer des protéines. 
Le foie est l’organe interne le plus volumineux. Son dysfonctionnement peut conduire au décès du patient.

Les maladies du foie sont de plus en plus fréquentes en France, pour cause, la mauvaise alimentation et le manque d’activités physiques. Il est temps de ce réveiller les ami(e)s. Selon les chiffres de l’Inserm de juillet 2019, la maladie du foie concernait 16 000 Français. Une proportion qui pourrait augmenter de 60% d’ici 10 à 15 ans selon les scientifiques. Par ailleurs, parmi les personnes souffrant d’une pathologie chronique du foie, 20 à 30% développent une cirrhose au bout de longues années, et sur ces cirrhoses avérées, le risque de développer un cancer du foie est de 3% par an.

NASH (maladie du soda, foie gras) :

En forte augmentation en France, la NASH est une pathologie chronique du foie aussi appelée « maladie du soda » ou « du foie gras ». Liée à une alimentation trop sucrée et trop grasse (vive les Sodas et tout le sucre raffinées) elle peut évoluer en cirrhose, voire en cancer. Quels sont les symptômes d’alerte de cette nouvelle hépatite ? Les causes et les traitements ?

En France, plus de 200 000 personnes présenteraient une maladie de NASH sévère (on parle ici de stade pré-cirrhotique ou cirrhotique), d’après la première enquête épidémiologique sur le sujet menée au niveau national sur 100 000 participants à la cohorte Constance, lancée par l’Inserm en 2012 et dont les résultats ont été publiés en 2020 dans la revue Gastroenterology
Cette maladie chronique et silencieuse du foie qui a été longtemps sous-estimée serait plus fréquente chez les personnes qui boivent plus d’une canette de boisson sucrée (Pensez à tous ceux qui ne peuvent se passer de leur Coca cola) ou qui fument plus de 10 cigarettes par jour (encore le tabac), révèle l’étude.
Étant imperceptible sans examen approfondi, cette « maladie du soda » ou « du foie gras » peut évoluer, au fil des années, en
fibrose hépatique qui elle-même peut dégénérer en cirrhose (non alcoolique) ou en cancer du foie.
Donc on peut la développer sans s’en rendre compte, du type « c’est cool tout va bien ».
Mais prise en charge précocement, elle est réversible (heureusement).

La stéatose toucherait presque 1 Français sur 4.

La NASH, c’est quoi ?

Le foie est un organe de stockage qui transforme les sucres absorbés en graisses : des graisses nécessaires pour avoir de l’énergie et faire fonctionner son cerveau. Il s’agit d’un mécanisme physiologique normal de l’organisme.
On peut comprendre qu’une trop grande charge de sucre à métabolisé puisse poser problème, surtout de façon récurrente.
Toutefois, on parle de stéatose lorsqu’il y a une accumulation anormale de graisses dans les cellules du foie (appelées hépatocytes). « Et cette stéatose (qui reste un signal d’alerte quel que soit son stade) peut devenir pathologique lorsqu’elle est excessive et évolutive,
c’est-à-dire quand il y a une surcharge en graisse, qu’il y a des complications hépatiques et qu’elle est associée à une inflammation du foie : c’est ce qu’on appelle la NASH, acronyme de stéato-hépatite non alcoolique« , explique l’hépatologue. Longtemps localisée aux États-Unis et par conséquent méconnue et sous-estimée en France, la stéatose est de plus en plus fréquente dans notre pays et concernerait presque 1 Français sur 4. Et 20 à 30 % d’entre eux présenteraient une stéato-hépatite non alcoolique, donc une NASH. Plusieurs études ont d’ailleurs montré que les nombres de cirrhoses, de cancers et de transplantations du foie étaient en nette augmentation au cours des dernières années, « ce qui est évidemment lié au nombre de NASH en hausse« , précise le spécialiste.

Quels sont les symptômes ?

« Il n’y a pas de symptômes spécifiques liés à cette patologie. Il n’y a pas de réels symptômes liés à une stéatose excessive du foie. Certaines personnes souffrent donc de la maladie de NASH sans le savoir. Ils ne présenter aucun signes alarmants ou de manifestations physiques particulières« . Il est donc difficile de détecter une maladie de NASH.
Statistiquement, cette maladie concerne souvent les hommes de plus de 50 ans, mais aussi de plus en plus les femmes après la ménopause. La surcharge pondérale est bien-sur un facteur essentiel. Depuis quelques années, la NASH s’observe également chez des patients de plus en plus jeunes qui sont en surpoids et qui adopte un régime alimentaire « à l’américaine » (soda, beaucoup de glucides…) ou peu équilibré.